La rencontre

HUMANOVIS, c’est avant tout l’histoire de deux potes, Emmanuel et Arnaud, dont l’histoire débute en 2008. Cette année-là en effet, ils sont d’abord collègues de travail et le courant passe immédiatement entre eux. Ils ne se côtoient dans un cadre professionnel que pendant une seule année, mais cela sera amplement suffisant pour qu’une solide amitié s’installe…

En 2010, au détour d’une conversation, Emmanuel propose à Arnaud de faire de la musique avec lui. Depuis de nombreuses années déjà, il touche à plusieurs instruments et plus particulièrement à la guitare. Il a d’ailleurs acquis un niveau très respectable, toutefois, un peu lassé de jouer seul dans son salon sans but véritable, il cherche un acolyte pour s’inventer un challenge à relever. Or, s’il est vrai qu’Arnaud est comme lui passionné de musique, jamais il n’a touché à un instrument de sa vie et il ne connait rien au solfège !

Pourtant, quelques temps plus tard, lors d’une soirée bien arrosée, les deux compères improvisent tout à coup un « bœuf » totalement improbable avec Emmanuel à la guitare électrique et Arnaud au chant. Les décibels montent, les amplis s’emballent et, sous l’effet de l’alcool, le résultat leur paraît forcément génial (!)… ou en tout cas suffisamment encourageant pour tenter une aventure musicale ensemble.

Les premières maquettes

En 2011, ils essayent alors de se voir plus régulièrement pour composer -bien modestement- des petits bouts de chansons qu’ils appellent entre eux des « embryons » (ce qui inspirera plus tard le graphisme du logo du groupe). Nourris de leurs influences très diverses (qui vont de la chanson française au métal progressif, en passant par le pop-rock, le celtique traditionnel ou encore le funk), certains de ces « embryons » prennent forme peu à peu, ce qui incite le duo à passer de plus en plus de temps ensemble pour les améliorer et les enregistrer avec les moyens du bord. Emmanuel se charge de développer les mélodies initiales pendant qu’Arnaud s’occupe des paroles des morceaux…

Dans le même temps, Emmanuel décide également de s’initier un peu à la MAO (Musique Assistée par Ordinateur) afin d’être en mesure de travailler correctement en autonomie, tandis qu’Arnaud s’inscrit à des cours de chant pour tenter d’atteindre un niveau satisfaisant dans ce domaine.

La réalisation de l’album

En 2012, après avoir longuement réfléchi sur la suite à donner à leur projet, plutôt que de monter un véritable groupe comme l’aurait fait la plupart des musiciens amateurs dont ils font partie, ils décident de poursuivre l’aventure uniquement à deux en se procurant du matériel de home studio dans l’optique d’autoproduire un disque. Par chance, ils trouvent chez « mamie Josette » le lieu idéal pour installer pêle-mêle micros, guitares, ordinateurs… et « bidouiller » au calme !

Arrive malheureusement le temps des embûches en tous genres qui apportera aux deux complices son lot de déconvenues et ses moments de découragement : pannes de matériel, problèmes divers dus à leur manque d’expérience, absence de contacts fiables… Cependant, à force de ténacité et grâce à quelques coups de main des copains à droite et à gauche, après un peu plus de deux ans de travail acharné (qui leur vaudra parfois l’incompréhension de leur entourage), ils parviennent enfin à mener à terme leur projet au début de l’année 2015.

Le résultat prendra la forme d’un assemblage hétéroclite constituant un album de 14 titres intitulé « Instincts censurés », dont la pochette à elle seule ne laissera pas indifférent ! S’y succèdent de manière assez surprenante riffs déchaînés, mélodies naïves et/ou intimistes, variations de rythmes, accompagnés par des textes abordant des sujets multiples… sans oublier parfois une bonne dose d’humour et de provocation ! Le nom du groupe, quant à lui, ne s’imposera que tardivement : HUMANOVIS.

Et après ?

Si Emmanuel et Arnaud ressentent actuellement le besoin de souffler et de recharger les batteries après ces derniers mois plutôt chargés qui leur ont réclamé énormément de temps, d’argent et d’énergie, leur amitié demeure bien entendu intacte. Chacun s’est simplement lancé dans de nouvelles activités -musicales ou non- afin de se changer un peu les idées. Il faut aussi ajouter que les pressions qu’ils ont subies à leur travail au sujet de leur pochette d’album et de leurs deux clips les ont quelque peu échaudés…

Néanmoins, la perspective de « recruter » d’autres musiciens pour jouer sur scène certains morceaux de ce premier album n’est pas à exclure. Par ailleurs, quelques « embryons », à des stades plus ou moins avancés, attendent bien sagement au chaud en espérant secrètement voir le jour tôt ou tard dans un éventuel deuxième album !